La psychologie chez les enfants et le jeu de dames

Publié le par damerlepion

L'enfant et le damier

"L'enfant prend conscience de ses actes grâce à l'appréciation de ces actes par autrui. L'appréciation est à la base de l'auto appréciation, de ce produit peut-être le plus complexe de l'activité consciente de l'enfant. C'est à ce problème que s'attaque dans son travail Mme Gorbatcheva. Dans ses travaux antérieurs Mme Gorbatcheva avait étudié la formation des appréciations et des auto appréciations chez les enfants d'âge préscolaire lors de leurs diverses activités dans l'enceinte du jardin d'enfants. Dans la présente étude elle se limite à l'analyse du comportement et des appréciations des enfants sur eux-mêmes et sur leurs camarades lors d'une seule activité concrète, celle du jeu de dames. Elle motive son choix par le fait que le jeu de dames jouissait d'une grande faveur auprès des enfants, et que c'était en même temps une activité où le jugement et le contrôle de l'éducateur intervenaient peu, les règles du jeu conditionnant jusqu'à une certaine mesure le comportement des enfants.

 

Soixante-dix parties de jeu de dames, jouées entre eux par des enfants de 7 à 8 ans, ont donné prétexte à des observations et à des entretiens avec les enfants. (Notons que la présence des enfants aussi âgés dans un jardin d'enfants était exceptionnelle et due aux conséquences de la guerre.) Mme Gorbatcheva a constaté que l'exactitude dans l'appréciation de soi-même ou des camarades était en rapport direct avec la maîtrise que l'enfant avait du jeu; elle a classé les joueurs en trois groupes, d'après le degré d'assimilation des règles et d'après la réalisation des rapports existant entre les règles du jeu : 1° faibles, 2° moyens et 3° forts. Les appréciations des enfants du 1er groupe étaient fortuites, accidentelles et non motivées; ceux du 2e groupe les motivaient déjà, mais en usant de critères subjectifs, tirés de leur expérience personnelle. Les bons joueurs peuvent apprécier correctement le jeu de leurs camarades et leur propre maîtrise dans le jeu, en se servant de critères objectifs, basés sur leur propre expérience et sur l'observation; en formulant une appréciation ils font preuve d'une grande prudence et d'un sens de responsabilité.

 

Il est entendu que l'aptitude à donner des appréciations justes sur soi-même ou sur les autres, au cours d'une activité concrète, ne dépend pas uniquement de la bonne assimilation de toutes les règles qui déterminent cette activité et n'apparaît ni ne se développe pas chez l'enfant spontanément. En réalité, elle est étroitement liée à un travail éducatif de tous les instants, à une habitude de porter des jugements objectifs et à une attitude correcte envers l'appréciation de soi, que l'on inculque à l'enfant."

Extrait du livre « L’année psychologique » 1952 de Evart-Chmielniski

 


 

Ceci démontre l’utilité du jeu de dames dans l’acquisition des compétences du programme scolaire. Exemple : C7

 Damerlepion

Publié dans Pédagogie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article